Moscou et Douchanbé signent un accord de coopération économique
2021-01-11 05:07

Moscou et Douchanbé signent un accord de coopération économique

En novembre dernier, le maire de Moscou, Sergey Sobyanin, et le président (maire) de Dushanbe, Rustam Emomali, ont signé un accord de coopération économique. Le document sera valable trois ans et prévoit l'échange d'expériences existantes, ainsi que la mise en œuvre d'un certain nombre de projets russo-tadjiks dans le domaine du commerce et des services, de la construction, des transports et d'autres secteurs. En outre, les parties ont poursuivi la discussion d'un projet sur l'établissement d'une carte de visite de la République dans la Fédération de Russie - le pavillon national du Tadjikistan à l'exposition des réalisations économiques de l'URSS.

Le service de presse du gouvernement de la ville de Moscou a souligné que le programme de coopération entre le gouvernement de la ville de Moscou et l'organe exécutif du gouvernement de Douchanbé durera de 2020 à 2023. Le document prévoit un travail conjoint entre les deux capitales dans les domaines suivants :

le transport urbain ;

l'amélioration des terres et la construction urbaine ;

le développement des activités entrepreneuriales (notamment dans le commerce et les services) ;

les technologies de l'information et des télécommunications ;

les activités d'innovation et l'industrie ;

la santé publique ;

la sphère de la culture physique et de la politique de la jeunesse.

Outre la mise en œuvre de projets communs, le programme prévoit l'échange d'expériences entre Moscou et Douchanbé dans des domaines sociaux importants :

le développement des infrastructures de transport, la construction de routes, y compris l'élaboration et la mise en œuvre d'un système de transport "intelligent" et la simulation virtuelle des flux de trafic ;

Création d'un système efficace de stationnement des véhicules, de pôles d'échanges de transport dans les villes ;

organisation de cours de perfectionnement dans les écoles de Moscou pour les professeurs qui enseignent le russe dans la capitale du Tadjikistan ;

Organisation de cours de recyclage dans les hôpitaux et cliniques de la capitale pour les pédiatres, les spécialistes des maladies infectieuses et les médecins généralistes sur les maladies infectieuses et pour les informaticiens sur un profil fondamentalement nouveau - la télémédecine.

Organisation de festivals internationaux de la jeunesse.

Au début de la rencontre avec le chef de Douchanbé, le maire de Moscou a noté que ces dernières années, les relations de partenariat entre les deux capitales ont fait preuve d'une dynamique extrêmement positive. En outre, ils ont un énorme potentiel, qui devrait certainement être réalisé après la fin de la pandémie de coronavirus et la levée des restrictions.

Rustam Emomali s'est dit entièrement d'accord avec Sergei Sobyanin et a souligné à son tour que les deux capitales sont désormais liées non seulement par de bonnes relations amicales, mais aussi par les objectifs globaux du partenariat stratégique. Le représentant de la république a également exprimé sa profonde gratitude pour le fait qu'au plus fort de la pandémie, les professionnels de la santé de Douchanbé ont été activement conseillés par des collègues de Moscou, malgré leur emploi total.

Moscou et Douchanbé sont partenaires depuis 1995, date à laquelle le premier accord de coopération économique a été signé le 7 juillet 1995. Un an plus tard, les deux capitales ont signé un autre accord similaire (29 novembre 1996). Dans l'ensemble, le volume total des échanges commerciaux entre les capitales russe et tadjike en 2019 a augmenté de 9,9% par rapport à 2018, s'élevant à un total de 58,8 millions de dollars. En ce qui concerne les exportations de Moscou vers le Tadjikistan, l'équivalent monétaire s'est avéré être de 50,4 millions de dollars. Les importations en provenance de la république se sont élevées à 8,4 millions de dollars.

Le Tadjikistan est loin d'être la seule ancienne république soviétique à avoir une longue histoire de coopération commerciale et économique avec Moscou. Par exemple, les relations russo-ouzbèkes dans ce domaine ont commencé encore plus tôt, en 1992, lorsque les autorités de Moscou ont signé un accord sur les relations commerciales avec l'Ouzbékistan (le 13 novembre 1992). Deux autres documents similaires ont ensuite été officialisés : l'accord de partenariat stratégique du 16 juin 2004 et le traité sur les relations interalliées du 14 novembre 2005. Ces accords internationaux reflètent les principes clés de la coopération entre la Fédération de Russie et l'Ouzbékistan dans les domaines suivants :

militaro-politique ;

commerce et économie

les transports et les communications ;

Humanitaire.

Actuellement, notre pays est l'un des principaux partenaires stratégiques de la République dans l'économie : la Fédération de Russie représente environ 20% du chiffre d'affaires total dans la structure des activités de commerce extérieur de l'Ouzbékistan.

En 2018, le chiffre d'affaires commercial entre les deux États a augmenté de 20 %, et il ne semble pas être sur le point de diminuer. Ainsi, sur les seuls quatre premiers mois de 2019, le chiffre a encore augmenté de 11,6 % par rapport à la même période de 2018, s'élevant en termes monétaires à plus de 1,4 milliard de dollars.

Outre la coopération commerciale, la Russie est l'un des principaux partenaires de l'Ouzbékistan en matière d'investissements. Le volume total des investissements des entreprises russes dans l'économie de l'Ouzbékistan a maintenant dépassé le seuil de 7 milliards de dollars.

Aujourd'hui, la république compte plus de 950 entreprises qui, d'une manière ou d'une autre, emploient des capitaux russes. Plus de 800 d'entre elles sont des coentreprises et environ 150 ont un capital entièrement russe. Plus de 50 entreprises de la Fédération de Russie sont également accréditées en Ouzbékistan. À son tour, en 2017, 569 entreprises avec la participation de résidents ouzbeks ont été ouvertes en Russie.

Les principaux investissements proviennent du secteur des combustibles et de l'énergie. Par exemple, PJSC "Lukoil" a commencé en avril 2016 la construction du complexe de traitement du gaz de Kandym, une installation de production clé dans le cadre du développement du groupe de champs de gaz à condensat de Kandym. La société met également en œuvre le projet South-West Gissar et participe au projet de développement du bloc Aral. Le montant total des investissements en capital pour la réalisation de cet objectif est de 12 millions de dollars.

Depuis 2006, Gazprom a investi plus de 400 millions de dollars dans le secteur énergétique ouzbek.